Gérald Lejeune Pâtissier Saint-Nabord

Gérald Lejeune dans le laboratoire de sa maison vosgienne.

©Bertrand Munier

Sans jeux de mots, du rêve à la réalité, le Vosgien Gérald Lejeune a épousé le métier de pâtissier qu’il caressait secrètement, après que ses recettes ont suscité l’enthousiasme de la chaîne M6 et de l’émission de télé-réalité « Le Meilleur Pâtissier ». Focus sur une reconversion professionnelle peu conventionnelle….

 

BABA

Une des petites merveilles de Gérald Lejeune : le baba au rhum.

©Déklic graphique

« À vos marques, prêts, pâtissez ! » Chaque saison, et ce, durant des semaines, tous les épicuriens de la pâtisserie ont les yeux rivés sur leur écran et l’émission phare de la chaîne de télévision M6… pour découvrir le futur Marie-Antoine Carême ou Jean-Anthelme Brillat-Savarin. Dans la cité de Saint-Nabord et le département des Vosges l’attente était bien plus frileuse au cours de l’automne 2013 pour entrevoir au piano de ce rendez-vous culinaire… l’enfant du pays : Gérald Lejeune. Aiguisant dans un premier temps la curiosité puis au fil des émissions l’appétit, ce chauffeur routier de son état, a émerveillé son entourage, ses amis, les jurés et les téléspectateurs, par sa créativité et son savoir-faire. Flash-back sur son arrivée sur la scène gastronomique et médiatique nationale…

Vosgien bon teint, écarquillant les yeux pour la première fois dans la cité des Chanoinesses de Remiremont, berceau de la création des célèbres biscuits nancéiens des « Sœurs Macarons » (sûrement un signe du destin), Gérald Lejeune n’aurait jamais imaginé que son étoile brillerait un jour grâce au pouvoir du tube cathodique. Installé avec sa petite famille dans un pavillon à la périphérie romarimontaine, il tutoyait les fourneaux pour les siens avec une certaine propension pour l’univers du patrimoine desserts… au retour de ses longues journées au volant de son camion. Éprise d’amour pour son compagnon et son talent inavoué de pâtissier, Cindy Renard glissa dans une enveloppe le nom de son être aimé, à la société de production M6 en charge d’un casting pour la seconde saison du « Meilleur Pâtissier ». Créé au Royaume-Uni, repris avec succès en Suède et au Danemark, ce programme suscita d’emblée l’intérêt puis l’adhésion des téléspectateurs. « Sur la ligne de départ, avoue Cindy, il y avait près de 5 000 candidatures. Une première sélection eut lieu sur notre terre lorraine de Metz puis une seconde en région parisienne avant l’ultime rendez-vous pour désigner les dix heureux élus. » Au final… Gérald Lejeune toucha Le Graal ! L’aventure télévisuelle onirique quelques mois auparavant était désormais patente.

Cindy, la compagne de Gérald Lejeune qui l’épaule au quotidien dans son entrepri

Cindy, la compagne de Gérald Lejeune qui l’épaule au quotidien dans son entreprise.

©Bertrand Munier

Prêt à en découdre avec les autres candidats, le pâtissier amateur vosgien s’activa sans relâche durant six semaines (avec seulement un retour aux sources le week-end sic l’intéressé) dans le cadre idyllique du château de Groussay à Montfort-l’Amaury dans les Yvelines. Des recettes à priori simples (gâteaux et tartes revisités, choux à la crème, meringues…) aux plus compliquées avec des appellations sibyllines (brandy snaps, krantz cake, kürtoskalacs…), il dut faire preuve de beaucoup de sagacité afin que le jury prenne en compte son travail. En fait de jury, ils ne furent que deux à goûter et à commenter son résultat : le chef étoilé Cyril Lignac et Mercotte, auteur culinaire et bloggeuse spécialisée ès sucre. L’ensemble sera orchestré par Faustine Bollaert dont le nom de famille résonne dans l’enceinte footballistique lensoise éponyme… étant donné qu’elle est l’arrière-petite-nièce de Félix Bollaert.

Œufs de Pâques… c’est la saison pour passer des commandes

Œufs de Pâques… c’est la période idoine pour passer des commandes.

©Gérald Lejeune

Arrivé second de ce concours national avec les honneurs, Gérald Lejeune décida ensuite de faire de sa passion, son métier. « Sans conteste, ce fut un tremplin incroyable d’avoir participé à cette émission, avoue-t-il humblement. J’ai fait des rencontres extraordinaires et j’ai pu écrire un livre de recettes. » Après ? Existe-t-il une vie au sortir de ce tourbillon d’évènements et d’avoir été placé longtemps sous les puissants scialytiques médiatiques ? Assurément ! Même si la personne lambda est dubitative. Il faut prendre du recul et se reposer sur le socle d’airain constitué de ses proches pour ne pas sombrer littéralement dans les abîmes du néant.

Conscient que la quête de la gloire à la télévision n’est qu’éphémère, Gérard Lejeune recentra son activité en son domicile navoiriaud en créant un laboratoire flambant neuf. Ne travaillant qu’avec des produits naturels, il fabrique, sculpte, cisèle des gâteaux de toutes sortes, à la demande des clients. Le résultat visuel et gustatif est stupéfiant ! « On peut me demander de réaliser une voiture de course, un terrain de football, une fusée… à partir de mon imagination ou d’une simple photo, souligne-t-il. Il n’y a pratiquement pas de limite. En outre, j’ai la chance que ma compagne travaille avec mes côtés. D’ailleurs nous sommes maintenant en société. » Au-delà de cette demande créative, il fabrique de succulents biscuits secs et des divins caramels à tartiner. L’extase ! Preuve en est, qu’une société de Saint-Dié-des-Vosges est venue lui proposer d’exporter ses produits vers l’Asie et l’Europe du Nord. Désormais loin des soubresauts de la télévision mais plus proches des consommateurs, Gérard Lejeune et sa compagne Cindy Renard confectionnent toutes ces gourmandises dans l’intimité familiale. Une collaboration qui se retrouve sur les emballages des biscuits estampillés d’un logo représentant… maître goupil. « On ne pouvait pas mettre nos deux noms, rapporte Gérald Lejeune, donc nous avons opté pour le renard qui fait référence au patronyme familial de ma compagne qui est à la base de la décoration des pâtisseries. Au final, nous travaillons et nous pensons à deux. C’est pourquoi nous sommes aussi co-gérant de notre entreprise. »

Sur les marchés vosgiens et lorrains, à travers la France et désormais au-delà des mers et des frontières hexagonales, le travail de Gérald Lejeune est universel !

Des biscuits secs disponibles à travers le Monde

Des biscuits secs disponibles à travers le Monde.

©Bertrand Munier

 

Pâtisserie-Biscuiterie

« Gérald Lejeune »

Tél : 06 49 80 82 26

Mél : lejeune.renard@gmail.com

Facebook.com/ptitsplats.mania